Natuna : renforcement stratégique ponctuel ou réorganisation des forces sur le long terme ?

NATUNA 1

Il existe des zones de tension qui sont bien moins sympathiques…

Natuna, archipel indonésien en mer de Chine méridionale (MCM), pourrait sans doute devenir, à l’instar de Bintan, une destination privilégiée pour touriste fortunés en manque d’aventure. Ses plages de sables blanc et ses nombreux blocs de granit font sans nul doute de cet archipel l’un des plus beaux de la région. Cependant, les ressources de Natuna sont plutôt à chercher en eau très profonde. Comme expliqué ici il y a bientôt trois ans, les réserves de gaz naturel aux alentours de Natuna sont estimées à plus de 1.3milliards de m3.  Outre les réserves estimées en gaz naturel et le potentiel piscicole de la région, l’archipel de Natuna – qui est composé de 272 îles – est avant toute chose un archipel hautement stratégique pour les militaires.

natuna

Natuna©Darinisikesana 2015

En effet, Natuna – et dans une moindre mesure les îles Anambas – est tout ce que les parties revendiquant des territoires en MCM recherchent – et construisent pour certains : des îles, et non pas des récifs. Comme on peut le distinguer sur la carte ci-dessus, l’archipel de Natuna est un point de passage obligé pour accéder aux détroits de Malacca et de la Sonde, depuis la mer de Chine et inversement. Ainsi, un renforcement des forces en présence à Natuna apparaît totalement logique et justifié, si l’on se fie aux tensions existantes dans la région. Cependant, et contrairement à ce qui peut être évoqué sur ce magnifique agrégateur de dépêche qu’est Asialyst (Certes il en faut. Notons tout de même que l’on cherche toujours la partie analyste d’Asialyst – du moins sur l’Indonésie), ce renforcement n’est pas si net qu’il n’y paraît. Il s’agit surtout d’annonces politiques, par moment contradictoire (à l’instar des déclarations du ministre de la défense indonésien, qui mériterait une étude à lui tout seul), mais qui, si on les analyse bien, montre que le discours indonésien sur la MCM n’a pas changé.

Quelle position de l’Indonésie vis-à-vis des tensions en mer de Chine méridionale ?

Pour le plus grand malheur de nombreux cassandres américains (qui, depuis 2002, à l’instar de J. Kraska,  sont sur un business model très rentable : le futur conflit qui opposera Pékin à Washington et qui doit arriver tous les ans), l’Indonésie ne prend pas fait et cause pour les Philippines et le Vietnam, se référant à son statut d’Etat ne revendiquant aucun récif ou îlot en MCM et s’abritant derrière le principe de non-ingérence de la charte de l’ASEAN. Par extension, cette absence de soutien touche aussi les Etats-Unis, pour qui  l’Indonésie est un partenaire stratégique de premier ordre. Mais comme l’a rappelé Luhut Panjaitan (ministre coordinateur pour les affaires politiques, de justice et pour la sécurité – et très proche du président Joko Widodo), l’Indonésie s’oppose à la projection de puissance et exprime son mécontentement suite à la récente FONOPS américaine (qui n’en était pas une ?). Ce qui ne signifie pas pour autant que Jakarta soutien Pékin, au moment où la Chine a accepté de financer pour un montant de 5 milliards de dollars (sans garanties demandées, remboursable sur 40 ans et avec une période de grâce de 10 ans…) le projet de ligne à grande vitesse entre Jakarta et Bandung. Tout du moins, ce n’est pas que pour ça…

natuna2

revendications territoriales en MCM et Natuna  © Darisinikesana 2015

 La situation est un peu plus complexe qu’il n’y paraît, et l’aide aux projets d’infrastructures essentielles (une ligne à grande vitesse de 180 kilomètres comptant 8 arrêts) ne justifie pas – encore – un soutien total et sans concession. Pour preuve,  il y a encore quelques jours, un changement de posture vis-à-vis de la Chine aurait pu avoir lieu lorsque Luhut Panjaitan a déclaré que Jakarta se réservait le droit d’attaquer Pékin devant la cour pénale internationale (sic) si une solution n’était pas trouvée(en l’occurrence, si la Chine revendiquait la ZEE de Natuna). Dès le lendemain, la Chine a reconnu la souveraineté indonésienne sur l’archipel de Natuna, par le biais du porte-parole du MAE chinois. Cette déclaration semble avoir rassuré Jakarta, jusqu’au jour où il conviendra de délimiter les ZEE respectives, lorsque Pékin aura trouvé le moyen de « bâtir » une île ou d’annexer Luconia Shoals afin d’assurer le développement de la paix et de la prospérité pour l’ensemble des nations asiatiques – ou quelque chose de semblable.  Que retenir de la posture politique indonésienne ? Jakarta observe, veut poursuivre son action dans son rôle de médiateur potentiel et évite soigneusement  les prises de position trop marquées. Et dans cette perspective, le renforcement militaire de l’archipel de Natuna n’obéit pas uniquement aux tensions territoriales en MCM.

Tout semble pourtant logique lorsque l’on prend la peine de chercher…

Contrairement à ce que l’on peut lire ici, là bas ou encore , l’Indonésie n’est pas entraînée dans une course aux armements parce qu’elle possède des îles en mer de Chine méridionale et le redéploiement probable des forces armées indonésiennes n’est pas liés aux actuelles tensions dans la région. Le renforcement militaire en cours – mais surtout à venir, s’il se confirme – dans l’archipel de Natuna est la conséquence de la réorganisation territoriale des forces armées indonésiennes et d’un redéploiement aux frontières de l’ensemble des TNI. Ainsi, dans cet esprit, la marine indonésienne développe sa base de Sorong en Papouasie indonésienne et a construit une base pour sous-marins à Palu comme nous en parlions il y a déjà quelques temps. Les  Marinirs  se sont déployé à Pulau Nipah et l’armée de l’air compte déployer ses nouveaux F-16 à Pekanbaru (précédemment à Madiun, sur Java).

0,,18395491_303,00

Marinirs en action

Quant au renforcement à proprement parlé, il est essentiel de prendre en compte les effets d’annonce. Ainsi, la promesse d’un déploiement d’hélicoptère Apache sera effective… le jour où les dits hélicoptères seront livrés à l’Indonésie. Quant au Sukhoi-27/30 de l’armée de l’air indonésienne, il ne faut pas oublier que leurs capacités air/air sont limitées (par l’absence de missiles air-air). Enfin, la récente promesse de déployer 7 bâtiments de combat aux Natuna doit permettre de se poser la question, à savoir quel type de bateaux ? Envoyer une vieille corvette de classe Parshim n’est pas la même chose que de déployer une classe Sigma.

SOF

Classe Sigma et Panther © TNI

Quant aux patrouilleurs, ils permettront peut–être de lutter contre les quelques pirates qui doivent demeurer dans la zone. A propos d’annonce, il convient aussi de noter une certaine maladresse dans une récente déclaration du CEMAa indonésien qui expliquait que Natuna serait le « Pearl Harbor » indonésien. Même si le KASAU semblait faire – heureusement –  référence à l’actuelle Joint Base Pearl Harbor – Hickam, une référence à Guam semblait plus appropriée…

f-16 indo davidhoho96

Plutôt que des Su-27/30 aux capacités A2A limités, il y a fort à parier que des F-16 seront déployés à Natuna dans un premier temps ©Davidhoho96

En guise de conclusion – somme toute temporaire – il apparaît est évident que l’archipel de Natuna est un enjeu essentiel pour l’Indonésie mais aussi pour la région. Cependant, l’actuel redéploiement militaire qui s’y prépare ne signifie en rien que l’Indonésie est dans une course aux armements ou que le pays décide de prendre parti pour Pékin ou Washington. Au contraire, Jakarta devrait pouvoir continuer à jouer ses cartes suivant ses intérêts, en gardant à l’esprit que d’autres disputes territoriales opposent l’Indonésie à d’autres voisins de l’ASEAN.

Advertisements
Cet article, publié dans partenaire particulier, politique indonésienne, sécurité maritime, South China Sea, TNI, Uncategorized, USA et Asie du Sud-est, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s