Java Heat : accueil chaud pour un navet en puissance

Java Heat

Java Heat

Ce blog ne parle quasiment jamais de cinéma et pourtant, la sortie en salle de Java Heat mérite que l’on s’y attarde. Pas forcement réputé pour sa qualité, le cinéma contemporain indonésien vient de marquer le coup avec une super production qui – malheureusement – ne changera pas la donne. Le scénario du film s’avère par contre, au premier abord, intéressant. Un attentat est perpétré à Yogyakarta contre le Sultan (par ailleurs gouverneur). Un jeune américain (Kellan Lutz, qui jouait le rôle du Caporal Jason Lilley dans l’excellente mini série de HBO Generation Kill) est interrogé par un enquêteur rattaché au Densus 88. Le jeune américain, soit disant étudiant mais est en fait un agent du FBI doublé d’un Marine (oui, à partir de là, c’est à dire les premières minutes du film, c’est le drame..)  va donc enquêter aux cotés de son comparse indonésien, afin de découvrir qui est à l’ origine de cet acte. Le rôle du méchant est tenu par Mickey Rourke (quelle déchéance…) et la scène finale dans le temple de Borobudur résume à elle seule le film : un vrai navet.

Generation Kill

Generation Kill

The Raid: un autre navet en puissance.

The Raid: un autre navet en puissance.

Il faut toutefois reconnaître que si Java Heat n’est pas avare de stéréotypes, certaines scènes analysent relativement bien la culture javanaise, et plus particulièrement Yogyakarta. Mais le scénario est tellement bancal, le jeu des acteurs tellement vide, et certaines scènes totalement absurdes. Et l’on s’ennuie vite. Ce qui est d’autant plus dommage que les productions indonésiennes actuelles sont réellement mauvaises. Outre le succès des films mêlant fantômes et sexe (le dernier en date met en scene Dewi Persik, comme étant le fantome d’une strip teaseuse de la catastrophe de Lapindo…), le dernier Blockbuster en date a pourtant connu son petit succès à l’international. The Raid mettait en scène un policier d’élite utilisant le Pencak Silat (art martial indonésien) afin de lutter contre des trafiquants de drogue en banlieue de Jakarta (on se demande encore, après avoir visionné le film, pourquoi un policier d’élite préfère mettre des chassés a ses ennemis plutôt que de récupérer leurs armes a feu….).

Au final, on peut se demander quels sont les films sur l’Indonésie méritant le détour. Il faut alors se tourner vers The Year of Living Dangerously, (1982, de Peter Weir, avec Mel Gibson et Sigourney Weaver) adapté du roman de Christopher Koch. Si la version des événements du 30 septembre 1965 montre un parti communiste indonésien comme seule et unique responsable de la tentative de Coup d’État – vision des faits aujourd’hui largement remise en cause par tous les observateurs – ce film permet toutefois de se rendre compte de l’importance stratégique de l’Indonésie à cette époque particulière.

Mais c’est vers une autre production australienne qu’il faut se tourner pour trouver, à mon humble avis, le meilleur film mettant en scène l’Indonésie ou sa politique. Balibo (2009, de Robert Connolly, avec Anthony LaPaglia) retrace l’histoire des « cinq de Balibo », cinq journalistes australiens qui furent capturés puis assassinés par les troupes indonésiennes lors de l’invasion du Timor Leste.

Year_of_living_dangerouslyBalibo

Sur le Timor, l’Indonésie a produit un film remarquable, Tanah Air Beta (2010, Ari Sihasale). Il est alors question de s’intéresser aux sorts des timorais pro-Indonésie et des timorais de l’Ouest lors du conflit.

Reste un documentaire polémique, The Act of Killing (2012, Joshua Oppenheimer), qui met en scène les “héros” de 1965. Si le documentaire apporte un éclairage sur les exactions de 1965, et notamment sur le rôle joué par le Pemuda Pancasila, il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas exempt de tout reproche. Robert Cribb, indonesianiste de renom, n’hésite pas à parler d’une forme de manipulation (et il se trouve que cette critique, au regard des données existantes sur cette période, est belle et bien fondée).

TABAOK

Publicités
Cet article, publié dans politique indonésienne, Terrorisme, TNI, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s