La marine indonésienne reçoit son troisième KCR-40

image

La marine indonésienne vient de recevoir son troisième bâtiment de classe KCR-40. Ces bateaux tendent à confirmer une double tendance:
✓ le renforcement de la stratégie de sea denial
✓ le recours à des chantiers navals privés

Le Sea Denial Indonésien et ses supporters

le KRI Beladau (KRI-643) est donc le dernier né de laclasse KCR-40. Il rejoint au service actif les KRI-641(Clurit) et 642(Kujang) au sein des TNI-AL. Ces bâtiments de 40 mètres pour 250 tonnes (selon les données officielles) et sont armés par un équipage de 35 marins (tout en pouvant accueillir 13 membres des Pasukan Khusus, à savoir les forces spéciales). Ces bâtiments doivent être équipés -à terme – avec des missiles de croisière de type C-705. A l’instar des dernières productions ou acquisitions de la marine indonésienne (l), ce renouvellement et renforcement de la flotte se fait en réponse à la stratégie de Sea Denial, évoquée par de nombreux experts depuis plusieurs mois. Néanmoins, au regard des menaces maritimes dans l’Archipel, ces achats ne semblent pas  inscrire dans une stratégie raisonnée. Trafics illicites, pêche illégale, brigandage maritime sont les principales menaces pour l’Indonésie. La poussée chinoise en mer de chine méridionale ne concerne qu’indirectement à ce jour Jakarta. D’autant plus que la politique menée par le gouvernement de SBY à l’égard de la chine ne permets pas de penser à une confrontation militaire, tout du moins sur le court ou moyen terme.

Il s’avère par contre intéressant de noter que les chantres du Sea Denial indonésiens sont plutôt à chercher du côté de Washington. En effet, rares sont les interventions – officielles ou officieuses- de diplomates,militaires ou encore chercheurs américains – de passage à Jakarta – à ne pas insister sur la nécessité pour l’Indonésie d’adopter cette stratégie. Le cas de la communauté académique américaine est flagrant. Souvent soutenus par des think tanks voir directement par certaines institutions, ces chercheurs répètent inlassablement le même message sur le Sea Denial. Fort souvent élèves des Cassandres qui nous prédisaient l’avènement du terrorisme maritime dans le détroit de Malacca – avant de subtilement déplacer la menace vers les détroits de Lombok et Makassar – ces membres de la communauté académique trouvent dans la marine indonésienne une oreille attentive. Une écoute qui est aussi partagée par un ministère de la défense dont l’objectif est aussi de développer la production nationale d’équipements et matériels militaires .

stratégie nationaliste et recours au secteur privé.
L’ensemble de la stratégie de défense indonésienne se retrouve aujourd’hui conditionnée par une volonté de développer l’industrie de la défense nationale, Pour se faire, Jakarta peut compter sur les entreprises publiques que sont PT Pindad (blindés, véhicules militaires, artillerie et armes légères), PT DI (aéronautique) et PT Pal. Cependant si PT DI – et dans une moindre mesure Pindad – ont su et persistent à développer et produire des matériels de qualité, il n’en est pas de même pour les chantiers navals nationals indonésiens. Les réalisations de ces derniers sont bien loins de ce qui peut être produit dans la région.

Pour contrebalancer les résultats médiocres de certains fournisseurs indonésiens – dont PT Pal – le gouvernement à décider de recourir à une option duale s’appuyant sur des politiques d’offset et les ouvrant les marchés aux sociétés indonésiennes privées. Ainsi, les KCR-40 sont construits par l’entreprise PT. Palindo implantée à Batam ( archipel des Riau). Les acquisitions en cours et à venir vont elles aussi s’appuyer de plus en plus sur cette stratégie duale qui correspond plus à un plan d’ensemble visant à renforcer la présence du « made in Indonesia » pour les produits et équipements disponibles sur l’archipel.

(I) l’origine des frégates dites « britanniques »serait ainsi à chercher du côté de Brunei …

Publicités
Cet article, publié dans partenaire particulier, politique indonésienne, sécurité maritime, South China Sea, TNI, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La marine indonésienne reçoit son troisième KCR-40

  1. Frédéric dit :

    Je signale l’article suivant :

    http://www.meretmarine.com/fr/content/focus-autres-marines-de-locean-indien

    Ou l’on indique que les KCR-40 s’appelle type Clurit. Pouvez vous indiqué quel est le nom officiel de ces bateaux ?

  2. Merci pour le lien. Le nom officiel de cette classe est bien Clurit (faucille en français).

    • Frédéric dit :

      Merci, KCR est donc la désignation du fabricant ?

      A notez dans l’article de mer et marine le trimaran « furtif » qui a malheureusement prit feu. Cela semble démontré que les chantiers naval indonésiens peuvent être créatif 😉

      J’ai voulu indiqué dans ma présentation ma page d’utilisateur du Wikipédia ou j’officie sous le pseudo de l’amateur d’aéroplanes mais votre blog la refusé comme certains autre de l’alliance géostratégiques.

      • KCR: Kapal Cepat Rudal (bâtiment rapide lance-missiles), donc désignation commune du fabricant et de la marine.
        Concernant la créativité locale, disons qu’il existe des très bonnes sources afin de « s’inspirer ».
        pour ce qui est du « refus » du blog, je n’ai strictement aucune idée du pourquoi du comment. Mes compétences en la matière sont plus que limitées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s