Indonésie 2012: le point sur la securité interieure

2012 a donc été marquée par de nombreux évènements d’un point de vue sécuritaire. Plutôt que de s’appesantir sur une longue analyse, voici les faits à retenir de cette année, faits qui pour certains peuvent s’apparenter a des tendances pour 2013.

Brimob en Papouasie

Le retour du terrorisme en Indonésie?

Plutôt que de revenir sur ce sujet, j’ai déjà publié un message il y a de cela quelques mois . Que dire de plus ? Que le point de crispation semble s’être déplacé de Java Centre à Sulawesi. Si certains faits attestent de la présence d’une cellule terroriste sur zone, le contexte particulier de la région de Poso devrait  pousser les experts à observer un certain recul. En effet, Poso fut à de nombreuses reprises – notamment entre 1998 et 2000 –  l’un des principaux lieux d’affrontements entre communautés. La paix revint en partie grâce aux accords Malino, signée en 2001. En partie car des 2003, 13 chrétiens sont assassinés ; en 2005, trois collégiennes chrétiennes sont décapitées par des membres de la JI.

Ainsi,  les conflits qui se déroulèrent dans cette région furent d’une rare violence. A cela s’ajoute une sorte de défiance des populations locales à l’encontre des forces de l’ordre indonésiennes.  Il semble acquis que certaines Pesantren (école coranique locales) prônent dans cette région de l’Archipel un Islam plus que radical. Au mois de novembre dernier, le Densus 88 (forces spéciales de la police), accompagné des TNI, a démantelé un camp d’entrainement de la JAT. Des arrestations ont suivi, donnant elles-mêmes lieu à des tensions entre communautés locales et représentants du gouvernement.  Les forces de l’ordre ont alors mis en avant un énième « nouveau groupe » nommé Hasmi, plusieurs suspects ont été neutralisés, mais la violence perdure à Poso.

 Le 12 décembre dernier, 4 membres des Brimob (force de maintien de l’ordre) sont tués dans le village de Kalora. Le jour de Noël, la police découvre une bombe artisanale de 10 kilos, à proximité de son quartier général de Poso. Enfin, le 27 décembre dernier, 14 villageois sont tabassés par les forces de l’ordre. La situation demeure donc délicate et risque de donner lieu à de nouvelles vagues de violence – liées ou non au terrorisme – dans cette région.

Situation critique en Papouasie, mafias à Aceh et protection des minorités

Que dire de la Papouasie indonésienne ? Encore faudrait-il disposer d’informations sûres afin de pouvoir en parler. Sans qu’il y ait un blackout total sur cette partie de l’Indonésie, il est difficile de savoir ce qui s’y passe reellement. Pour cause, son accès reste surveillé. Par ailleurs, l’organisation tribale tend à brouiller certaines pistes et le rôle de l’OPM (Organisasi Papua Merdeka, groupe de libération de la Papouasie) reste trouble. Une chose est certaine, la Papouasie reste une zone de fortes tensions et d’affrontements. Récemment, l’Indonesian Police Watch affirmait que  la Papouasie demeurait la zone la plus dangereuse pour la police indonésienne. En 2012, dix officiers ont été tués dans cette région. Qu’en est-il du nombre de civils ? Là aussi, il est difficile de se faire une idée précise. En effet, la transparence n’est pas une vertu dans la police indonésienne et des contrôles ou interpellations tournant à la bavure sont souvent camouflés sous la dénomination de heurts tribaux.

A Aceh, les élections ont aussi données lieu à une recrudescence de la violence et à l’apparition (ou la résurgence, suivant le point de vue) de comportement mafieux. Sans trop insister sur ce point, l’on peut dire que les vaincus des urnes se retrouvent dans une situation peu enviable.

La protection des minorités religieuses demeurent l’un des principaux problèmes relatifs à la sécurité intérieure. Certains pensent, à juste titre, que ces violations continues des droits de ces minorités peuvent amener – à terme – l’Archipel au bord de l’explosion. Tout dépendra en grande partie des élections présidentielles de 2014. Nombreux sont alors les indonésiens pensant que seule une personnalité comme Prabowo Subianto pourra ramener l’ordre, l’harmonie et l’unité (nationale) dans la diversité. Le temps sera long pour les chrétiens de Bekasi, les chiites de Java Est et Madura et les diverses communautés Ahmadis. Une chose est certaine, la progression rapide d’une certaine forme de l’Islam Tabligh et de certaines formes de wahhabisme dans différentes zones de l’Archipel (notamment à  Java Ouest) risque de poser à terme une nouvelle équation quant a la tolérance religieuse de l’Archipel.

Brigandage et piraterie maritime

Où sont les pirates d’antan ? Et leurs copains terroristes, pourraient se demander les Cassandre de Singapour, Tokyo ou Washington ? L’année 2012 ne semble pas à première vue dépareiller des précédentes. Il faudra cependant attendre le début de l’année 2013 afin d’obtenir des données fiables sur le nombre d’attaques, abordages, etc. dans et à proximité de l’Archipel. Certaines tendances se confirment : il s’agit plus de brigandage – dans des ports – que de piraterie au sens somalo-nigérian du terme. Parmi les zones les plus touchées, le détroit de Malacca aux abords de Belawan et au Nord de Batam connait son lot de criminalité maritime. Il en va de même pour le port de Damai. Mais ce sont surtout les ports de Jakarta et Surabaya et toute la côte orientale de Kalimantan. Pour cette dernière, l’importance croissante que prend la route Lombok – Makassar peut expliquer beaucoup de choses.

Trafics illicites

Les trafics illicites par voie maritime demeurent l’un des principaux problèmes sécuritaire pour l’Archipel. Stupéfiants,  migrants, contrefaçon et armes sont entrent et sortent des eaux indonésiennes en s’appuyant sur des réseaux criminels, sur une certaine négligence des autorités – quand il ne s’agit pas de complicité. Quant à la pêche illégale, elle représente un problème d’ampleur comme on peut le voir ici  et la .

Publicités
Cet article, publié dans Barbus des tropiques, extrémisme religieux, Papua, sécurité maritime, Terrorisme, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s