Les violences continuent en Papouasie

Le Twin Otter de Trigana Air sur l’aéroport de Mulia ©jakarta globe

Ce dimanche 8 avril, un groupe armé non identifié a attaqué un appareil commercial de la compagnie Trigana Air alors que ce dernier venait de se poser sur l’aéroport de Mulia dans la province de Puncak Jaya en Papouasie indonésienne. Un passager nommé Kogoya, journaliste auprès du Papua Post a été tué lors de cette attaque, non revendiqué. Selon les médias indonésiens, Kogoya, aurait ete abattu d’une balle dans la nuque. Selon les premiers témoignages, le groupe armé aurait attaqué l’aéronef alors que celui-ci se trouvait sur le runway, a 08H00 (heure locale). Les pilotes auraient perdu le contrôle de l’appareil qui aurait fini sa course dans un entrepôt.

Les sources sont discordantes sur la fusillade. Pour certaines, il m’y aurait pas eu plus de deux a trois coups de feu alors que d’autres parlent d’une fusillade ayant durée 4 heures (!). Concernant l’identité du groupe armée, l’OPM (Organisasi papua Merdeka, organisation pour la Papouasie indépendante) sans etre implicitement mentionnee est evoquee par certains medias indonesiens (Jakarta Globe). Il semblerait en effet que la region de Mulia soit considérée comme l’une des principales bases de l’organisation independantiste. Cependant, la situation securitaire en Papouasie indonésienne ouvre le champ a une multitude d’hypotheses (groupes criminels sans lien avec l’OPM, éléments renégats des forces de sécurité, etc).

Carte de la Papouasie indonésienne

Une chose parait certaine, les premiers témoignages faisant état d’une fusillade de 4 heures (!!) semblent exagérés du fait d’une présence militaire et policière relativement importante dans la région. D’ailleurs, la police indonésienne a estimé que les tirs des assaillants – embusqués dans les collines environnants le taxiway de l’aéroport de Mulia – aurait été limites. Il convient néanmoins de noter d’une multiplication des incidents violents en Papouasie indonésienne. Dans cette perspective, les compagnies aériennes – déjà ciblées dans un passé récent – font preuve de programme de protection de leurs équipages.

Publicités
Cet article, publié dans Papua, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s