A suivre: élections a Aceh

A l’époque, pas de Burka pour les combattantes acehnaises...

Le GAM

Les élections locales de la province d’Aceh se dérouleront ce lundi. Affaire a suivre du fait d’une recrudescence des violences  durant la période pré-électorale. 7500 policiers et 1800 soldats vont être déployée dans l’ensemble des bureaux de votes. Par ailleurs, le comité de supervision des élections va lui aussi déployer des agents. Ce comité demande aux votants de ne pas etre intimidés par les actes de violences ayant eu lieu précédemment.

 

Les observateurs considèrent cette élection comme le premier test pour la province d’Aceh depuis son accession au statut autonome spécial en 2005. Depuis, la paix règne sur Serembi Mekah (la véranda sur la Mecque), malgré le démantèlement d’une cellule terroriste et d’un camp d’entrainement (AQ Serembi Mekah), l’application de la Chariah et des tensions palpables. Les deux principaux candidats – Zaini Abdullah et Irwandi Yussuf – sont des anciens membres du GAM (Gerakan Aceh merdeka, mouvement de libération d’Aceh). Irwandi a occupé le poste de gouverneur pendant 5 ans.

Les craintes viennent des campagnes d’intimidation qui auraient été menées par certains candidats et partis politiques. Irwandi aurait ainsi été victime d’une tentative d’assassinat pas plus tard que la semaine dernière, selon des sources policières. pour ce dernier, la responsabilité incombe a Zaini, son principal concurrent.  Une chose est sur, les deux anciens du GAM ne s’apprecient pas. Et certains a Jakarta semblent tres interessees par ces troubles. Irwandi avait accusee officieusement le gouvernement indonesien d’avoir fait pression pour « instaurer la Chariah a Aceh et ainsi decredibiliser la province autonome aux yeux de l’etranger »*.

Si il apparaît qu’une telle manœuvre politique soit possible, elle illustre bel et bien la réticence du gouvernement indonésien a garantir l’autonomie de la province d’Aceh. Cette dernière accédait a un statut autonome après 30 ans d’une insurrection meurtrière et l’horreur du Tsunami de décembre 2004…

* c’est tout du moins ce qu’un spécialiste indonésien de la province ayant rencontré Irwandi déclara lors d’une rencontre dans une université javanaise.

Publicités
Cet article, publié dans politique indonésienne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s